fond
PDF Print E-mail

Concrètement, comment et qui peut agir...

 

 

 Dans cette section, je vais reprendre les problématiques rencontrées et proposer quelques pistes à explorer... et suggérer qui peut agir

 

1 - Impact des écrans ...
 
Qui peut agir ? - Les parents ...
 

 * Pas d'écran (télé comprise) le matin avant l'école

* Pas d'écran pendant les repas (y compris pour vous...)

* Pas d'écran avant de se coucher
 
* Pas d'écran dans la chambre
 
* Vérifier les émissions qu'il regarde tant sur internet qu'à la télévision - Les Princes de l'Amour, les Marseillais, Moundir et les aventuriers... prenez le temps de réellement regarder le contenu de ces types d'émission et vous comprendrez pourquoi votre enfant  (souvent les adolescents) oublie les valeurs de respect et d'empathie que vous avez voulu lui transmettre et qu'il avait auparavant... 

* Faites respecter les limitations d'âge tant pour les émissions, que les jeux vidéo
 
* Négociez un temps journalier maxi d'écran (tout écran confondu y compris téléphone...) 
  
Le plus simple !!!!  Le meilleur remède à bien des maux :
  
Un peu de bon sens, du mouvement (sport...) et...
 
Beaucoup de Nature !

Allez en forêt, à la campagne, en montagne, près de l'eau, dans les près, visitez des fermes pédagogiques, campez.... 

Marchez, faites du vélo, rencontrez des animaux (chiens, chats, chevaux, moutons, papillons, abeilles...), 
JOUEZ avec lui !

Quittez votre environnement, oubliez votre téléphone, la tablette... 
Permettez lui de se ressourcer (et vous aussi) dans un environnement sain et stimulant : l'enfant reprend de l'énergie, s'épanouit, se pause, ressent une fatigue saine, il va enfin dormir d'un sommeil profond... 

La nature répare, épanouit, les effets négatifs des écrans sur le cerveau et les comportements disparaissent progressivement et c'est gratuit !

Le Dr Ducanda a observé que certains symptômes disparaissent chez des enfants d'origine africaine lorsqu'ils retournent en séjour dans le pays d'origine, vivant de manière plus naturelle et sans connexions, ils reviennent "sevrés" et leur comportement a changé. Les "dégâts" ne semblent pas tous irréversibles.
Cependant, ce phénomène s'enflamme depuis environ 5/6 ans et il n'y a pas assez de recul aujourd'hui pour dire l'impact à long terme.
La question pourrait être "y a-t-il un âge limite pour renverser la vapeur et retrouver un fonctionnement "normal" ?
Dans le doute... Prévenir est vraiment l'attitude responsable ...


 
2 - Les ondes ...
 
Qui peut agir ? - Les parents ...
 

Pas de téléphone le soir près du lit

* Pensez à la position du lit (pas d'électroménager derrière le mur)

* Eloignez la lampe de chevet au maximum
 
* Evitez la multiplication des émissions d'ondes (babyphone, caméra de surveillance...)

* Coupez le WiFI la nuit
*...

3 - L'alimentation ...
 
Qui peut agir ? - Les parents ...
 
 * Boire de l'eau pure

Faire des autres boissons (Sodas avec colorants et conservateurs,sirops...) une exception, pour "l'apéritif" par exemple

* Evitez les plats industriels, les bonbons aux si jolies couleurs et goûts...
 
* Attention aux nouveaux bonbons au goût alcool avec noms de cocktails ; "Pina colada, mojito...) banalisation des futures soirées arrosées...
 
* Cuisinez avec des produits sains, naturels avec du goût

* Variez l'alimentation dès les 1ères bouchées pour développer le goût,
- lorsque l'on vient me voir en disant "il ne veut manger que des pâtes et des frites,  alors à la cantine il refuse de manger, il ne veut goûter à rien... et il attend le soir pour manger ses pâtes...  
il déteste l'eau, il ne veut boire que du coca...."
J'avoue mon impuissance, j'irais même jusqu'à dire mon incompréhension, dans ce genre de situation.
L'habitude ayant été prise par l'enfant et acceptée par les parents.... Peut-être  pour éviter le conflit, la confrontation,  par lassitude, manque de temps, de patience...  difficile de sortir d'une telle situation alors mieux vaut anticiper et tenir bon au départ....
 
* Pas d'intégrisme forcené, du bon sens et du bon goût...
 
 

4 - Le comportement ... 

Qui peut agir ? 

 

Etape 1 - Les parents avec l'aide de professionnels... 

Je constate depuis plusieurs années, vu les difficultés qu'ils rencontrent avec ces nouvelles générations, une nette augmentation des consultations par ceux qui ont en charge l'accompagnement des enfants : assistantes maternelles, enseignants de tous niveaux, mais surtout d'écoles maternelles ou primaires, éducateurs... Ils ont conscience d'un besoin d'aide pour poursuivre leur mission. 

Il leur arrive d'être dépassés par les comportements d'enfants "ingérables" ce qui les amènent à un découragement, avec des sentiments d'impuissance, d'échec, d'incompréhension et peuvent être traumatisés par l'agressivité et la passivité de certains parents, qui n'acceptant pas la moindre remarque sur le comportement inadapté de leur enfant, remettent en question les compétences et vocation de ces professionnels...

Les parents qui me consultent, viennent en général sur les recommandations des enseignants ou des professionnels (orthophonistes...) qui ont constaté des problèmes d'apprentissage pour leur enfant, on évite de parler de "problèmes de comportement", ça fâche !

Lors de la demande de rendez-vous, je demande tout d'abord à la maman de venir seule, les : "il n'a pas confiance en lui, il est timide, il arrive pas à se concentrer ,il ne veut plus aller à l'école, il est harcelé, isolé,..." parlent souvent de la maman elle-même, de ses propres blessures et de ses angoisses qui doivent être "nettoyées" pour qu'elle soit cohérente avec ce qu'elle émet.

Parfois je propose que le papa fasse également une séance selon les symptômes énoncés, notamment s'il y a un lien avec la notion d'autorité ... : "Il est souvent en colère contre nous, il est agressif, il nous frappe, il hurle, il refuse de nous écouter, il claque les portes, il nous insulte, à l'école il frappe les autres enfants, il est hyperactif,.."

Comme détaillé, dans les rubriques "Faire grandir" et "l'Autorité", il est important que les parents "nettoient" leur propre histoire pour ne pas en faire subir les conséquences à leurs enfants et entrent dans une attitude naturelle d'autorité.
Pour cela, il est conseillé de faire appel à un professionnel de la thérapie.

 

Etape 2 - Les "professionnels" pour aider l'enfant ...
 
Bien entendu tous les professionnels "classiques" de l'enfance  : Orthophoniste, pédo-psychiatre, psychologue, psychothérapeute.... chacun apporte sa compétence dans son domaine.
 
En tant que méthode complémentaire, l'approche de la "Kinésiologie éducative"  va permettre de libérer l'enfant tant sur le plan émotionnel que sur les impacts physiques du stress sur le fonctionnement du cerveau.
 
Ce que je décris ci-dessous est mon approche personnelle. 
 
Lorsque les parents ont "balayé devant leur porte" il y a plusieurs possibilités : 

* Pour un bébé ou un petit jusqu'à environ 3/4 ans : dans la majorité des cas, dès que les parents vont mieux, sont bien "positionnés", l'enfant va mieux et je n'ai pas besoin de le voir. Le "travail" effectué par les parents est suffisant.

* Si l'enfant a entre 3/4 ans et qu'il a vécu quelque chose de difficile : séjour à l'hôpital, il a eu peur, il est tombé et s'est blessé, parfois aussi avec des problèmes de constipation (ex : il a eu mal en allant à la selle depuis il se retient) ...
En fait, s'il y a un "traumatisme" dont il est conscient, après avoir "travaillé" les parents, il serait utile de faire une petite séance d'EMDR (libération des traumatismes physiques et émotionnels) grâce à mon "canard magique" qui mange tout : les peurs, la tristesse, la colère... quand on le suit des yeux..

* A partir de la fin de la grande section et sans limites, si l'enfant a des problèmes à l'école, de concentration, d'hyperactivité, du découragement, des paroles "de toute façon je suis nul !", un comportement agité, perturbant...

Je commence toujours la séance par vérifier si les 2 hémisphères communiquent bien entre eux.
  

Pour cela j'utilise l'outil BRAIN GYM (Gym du cerveau) 
outil de la kinésiologie, qui va permettre la reconnexion des 2 cerveaux avec des exercices ludiques.

 

 

Ces mouvements permettent de solliciter tous les sens en reconnectant l'enfant à son corps et à l'espace dans le mouvement.

Cette stimulation des sens dans le mouvement, permet de créer des connexions neuroniques fluides et finalisées.

 Ces exercices sont très efficaces et l'enfant réalise leurs bienfaits au cours de la séance. 
 

 Cette méthode  n'est pas réservée aux enfants, de nombreux sportifs, y compris de haut niveau, consultent pour une optimisation de leur capacités d'analyses et de réaction : pelote, rugby, équitation, danse, musique... car cela permet une meilleure coordination des mouvements et accélère le traitement des informations au niveau du cerveau... 

 

Elle permet également "d'entretenir" le cerveau pour des personnes plus âgées. 

 Une fois, la "reconnexion" effectuée, il est important de "libérer" l'émotionnel, l'enfant peut avoir intégré qu'il était "nul", avoir été l'objet de moqueries, de honte, de peur... 

Le "Canard Magique" (outil pour l'EMDR) entre en jeu, et c'est souvent à lui, que l'enfant va remettre tout ce qu'il porte également pour ses parents : ses inquiétudes, le divorce, les nouveaux partenaires, les difficultés, les deuils... 

Ils comprennent très vite que le "Canard" est gourmand et ils lui offrent tout ce qu'ils ont en stock... Vous seriez surpris de la vitesse de transformation qu'ont les enfants. Par la suite, ils savent demander de l'aide, parfois des années plus tard...

Pour conclure...J'espère que vous avez pu trouver quelques informations utiles pour changer de regard... 

Merci d'avoir pris le temps de lire. Vos commentaires constructifs sont les bienvenus. Au plaisir... 

  NB :- L'approche qui est exposée dans ces articles concerne mon domaine d'intervention. Ces méthodes sont compatibles et complémentaires avec les interventions de tous les professionnels de l'enfance : Orthophoniste, pédopsychiatre ... et n'a aucunement la prétention ou l'intention de les remplacer -