fond
PDF Print E-mail

 Dangers "extérieurs"...

1 - Les écrans

 

Les écrans : télévision, tablette, ordinateur, smartphone...

On compte également dans les écrans, la télé allumée en arrière plan même si les enfants ne semble pas la regarder car elle capte leur attention au niveau du cerveau.

Les chiffres ont de quoi sidérer : selon une étude de l'Association française de pédiatrie ambulatoire (« Le Monde », 28/6), 44 % des parents prêtent leur Smartphone à leur enfant de moins de 3 ans pour l'occuper.

Près de la moitié des moins de 3 ans utilisent un écran interactif pendant une demi-heure par semaine et 62 % des 4- 14 ans vivent dans un foyer équipé d'au moins quatre écrans connectés.

Chaque foyer français compte en moyenne 6,4 écrans. Et ça ne cesse d'augmenter.

 « Pas d'écran avant 3 ans », conseillait pourtant, dès 2009,le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA).

Pendant ce temps-là, dans la Silicon Valley, les PDG de Google et des autres géants high-tech tiennent prudemment leurs propres enfants loin, très loin des écrans... Voir les déclarations d'un ancien directeur de Facebook...

1 enfants sur 2 utilise régulièrement tablette ou smartphone avec l'autorisation de ses parents.

Aux USA 80% des 2/4 ans utilisent régulièrement un média mobile (smartphone/tablette)

Pour certains cela peut être devenu ou devenir une addiction...

 La danse des connexions... 

 C'est avec l'exploration de son environnement réel, avec les 5 sens que l'enfant va développer ses connexions cérébrales.

Elles ne peuvent pas être développées en 2 dimensions (écrans) il faut que cela soit en 3 dimensions, par les 5 sens  et par la relation avec sa famille.

Exemple : voir un objet sur une tablette, le reconnaître mais pas le toucher en 3 D = intégration incomplète au niveau du cerveau, il n'y aura pas eu la préhension, le contact... 

·         Il est important de comprendre que l'enfant jusqu'à environ 7/8 ans est en état d'hypnose permanent, son cerveau fonctionne en ondes Theta

·         Définition ondes Theta :fréquences entre 4,5 et 8 Hz. que l'on observe principalement chez l'enfant, l'adolescent et le jeune adulte. Elles caractérisent également certains états de somnolence, d'hypnose ou de méditation, ainsi que lors de la mémorisation d'information ;

 Le développement de la confiance affective... 

La relation directe, par le regard, le toucher, la parole, met le bébé en confiance affective ce qui lui permet d'explorer son environnement.

Ex : vous êtes en train de jouer avec votre enfant, une connexion est en train de se créer dans son cerveau.
Votre téléphone sonne, vous répondez...
Vous COUPEZ ainsi la relation avec votre enfant, la connexion est interrompue et donc inachevée.
Il peut être enregistré dans le cerveau que vous n'êtes pas "fiable" pour l'accompagner jusqu'au bout, que vous le laissez "tomber" en cours de route...il ne peut alors intégrer cette confiance indispensable pour son développement.

 Dangers pour le développement...

A voir absolument sur Youtube  - Merci au Docteur Ducanda pour sa vidéo si explicite "cliquez ici"   - et un exemple très concret...: "Cliquez ici" 

 

Dessin d’un bonhomme demandé à 2 enfants de 4 ans, le 1er peu exposé aux écrans, le 2ème très exposé.

L'usage des écrans menace le développement du cerveau de l'enfant.
L'enfant est hypnotisé par l'écran, plus il en fait, plus il veut en faire et il se coupe de toute interaction humaine.
Ex vécu  : Une cliente Nounou, très traumatisée d'avoir dû se séparer d'un enfant de 14 mois qui ne pouvait dormir qu'au salon avec la télé allumée.
Lorsqu'elle éteignait la télé (l'enfant endormi), les hurlements étaient instantanés. Les parents refusant de changer les habitudes à la maison, elle a dû leur demander de changer de Nounou.
Les parents l'ont bien entendu présentée comme une "mauvaise nounou" incapable de s'occuper correctement de leur enfant, mais 4 mois plus tard, la nouvelle recrue a contacté l'ancienne, pour comprendre car les symptômes de l'enfant de 18 mois s'étaient amplifiés et il lui était impossible de le garder dans ces conditions là, la télé devant être allumée en permanence sous peine de hurlements incessants et ce qui n'était pas compatible avec la garde d'autres enfants...
 
 Dessins d'enfants...

Dessins d'enfants de 6 ans -
Ligne 1 : enfants exposés à moins d'1H d'écran par jour
Ligne 2 : enfants exposés à plus de 3h d'écran par jour
Ligne 3 : enfants laissés seul devant un écran qui ont subi des traumatismes sur des contenus inadaptés à leur âge 
 

 
Les conséquences :
 

 

  •  Retard de langage - utilisation de mot à contresens : tu préfères le gâteau ou le chocolat réponse : d'accord !
    on peut croire que le petit apprend devant un écran, mais il ne peut pas apprendre si c'est une machine qui lui parle,
    il faut que ce soit dans l'interaction humaine, dans l'intention de communiquer : je m'intéresse à toi. 
    Il faut lui parler de quelque chose qui a un sens pour lui dans ce qu'il est en train de vivre
  •  Tendance à s'isoler - de l'indifférence à ce qui les entoure, à leur nom, difficulté à poser le regard - troubles qui peuvent mimer le spectre des troubles autistiques
  • les frustrations, colères si on lui enlève l'écran - hurlement, se rouler par terre...
  • retards moteurs  : mains papillons, l'enfant ne sait pas tourner les pages d'un livre -  les mains sont ouvertes pour tenir le smartphone et tourner les pages donc difficultés à utiliser ses mains, à serrer ses doigts pour tenir le crayon ou les cubes -
    Ces enfants ne pourront pas entrer "normalement" au CP, ils entrent dans le handicap donc accompagnement nécessaire par AVS pour l'aider à faire les activités. Ces enfants peuvent être violent, hurler, taper, se sauver, grimper partout...

 Attention !!! Certains troubles peuvent s'apparenter à des troubles du spectre autistique 

Recommandations :  

 Vidéo de Sabine Duflot - très pertinente  - "Cliquez ici" 
Site de Sabine Duflot les 4 PAS pour grandir "Cliquez ici" 
 
Respecter les limitations d'âge - : l'enfant apprend ... en imitant.
S'il est exposé à des contenus inadaptés, c'est à dire violents ou pornographiques, ces images produiront sur lui un effet traumatisant et excitant. Il peut développer une appétence pour ce type de contenus et parfois tenter de les reproduire. L'image violente "manipule le cerveau émotionnel de l'enfant. Le discours secondaire du parent ou sa présence à côté de l'enfant durant le visionnage du film ne diminuent pas la charge émotionnelle de l'image et son pouvoir sur l'enfant. (Sabine Duflot)
 

Les jeux vidéos :   Le cerveau ne fait pas la différence entre la réalité, l'imaginaire et le symbolique, lorsque l'on joue sur les jeux vidéos, le risque est une identification au héros, au personnage que l'on a choisi et créé.
Le cerveau interprète comme la réalité les "Je les ai tous tués, j'ai trouvé le trésor... Je me suis fait tué, j'ai droit à une nouvelle vie...".
Un ami qui gère plusieurs grandes écoles avec des milliers d'étudiants en Lituanie, me faisait part d'une enquête qu'ils avaient fait car il y avait une sorte "d'épidémie" de suicides incompréhensibles chez les jeunes.
Ils se sont rendus compte que le point commun entre tous était un jeu vidéo de guerre, d'origine Russe. Faisant analyser ce jeu par des spécialistes, ils ont découvert que pour "passer une porte, une étape" et continuer le jeu, il était suggéré d'offrir sa vie, de se suicider !!! Les jeunes n'effectuaient pas un "suicide virtuel"...
Dans la "vraie vie" on ne revient pas avec une autre chance pour faire l'aventure...
Je suis sidérée et colère lorsque des enfants de 8 à 12 ans, à qui je demande avec quels jeux ils jouent, me répondent GTA qui est un jeu déconseillé aux moins de 18 ans !!!
QUI a acheté ce jeu ?
QUI a autorisé qu'un enfant de cet âge là joue avec et en plus en ligne avec ses copains ? 
Un peu de bon sens SVP !
Autre impact puissant :  l'illusion de l'activité physique , le corps ne suit pas l'effort et n'intègre pas le dépassement de soi.. (les champions de foot virtuels pullulent...en chambre et peuvent devenir totalement asocial...)
 

2 - Les ondes

 

Mise en garde copiée sur le site de vente Amazon dans la rubrique "Vente des babyphones..." 

Dans un quotidien inondé de systèmes sans fil, Il est prouvé que les enfants, dont le système nerveux est encore en développement, sont les plus sensibles

Leur cerveau absorbe 60% de plus d'ondes que le cerveau d'un adulte.. 

Du dernier smartphone au développement des bornes wifi, les ondes envahissent notre quotidien. Ces technologies, très récentes, suscitent des inquiétudes quant aux incidences qu'elles pourraient avoir sur la santé... 

Recommandations :  Couper le WiFi la nuit, éloigner les lampes de chevet, pas d'appareil (frigo, télévision...) derrière les murs des chambres (tête de lit)...

 

3 - L'alimentation

Ces colorants et  conservateurs associés peuvent être considérés comme de véritables bombes neurologiques à retardement pour nos enfants, puisque l’on sait que chacun de ces colorants peut provoquer asthme, urticaire, eczéma, rhinites, troubles de la vue, insomnies, vomissements, maux d'estomac, accidents allergiques, troubles neurologiques.

Selon une étude de 2005 du Professeur Vyvyan Howard, toxico-pathologiste, et son équipe de l'Université d'anatomie et de biologie cellulaire de Liverpool, le colorant E104, associé à de l'aspartame, pourrait affecter les cellules nerveuses 7 fois plus qu'utilisé seul !

 L'étude faite in vitro sur le cerveau d'animaux en laboratoire a mis en évidence qu'une fois mélangés, ces additifs-là peuvent empêcher la multiplication des cellules nerveuses compromettant ainsi une croissance normale du cerveau.

Recommandations :  

  • Une alimentation saine et variée, rien de tel que le "fait maison" avec des produits locaux ...
  • Ne pas céder aux sirènes des publicitaires...
  • Donner très tôt le goût des "bonnes choses"
  • Ne pas rentrer dans un intégrisme forcené
  • Boire de l'eau et faire des sodas une exception...
Merci d'avoir lu toute cette partie importante... Je vous invite maintenant, si le coeur vous en dit à aborder un autre domaine 
  
 "Les acteurs du Faire Grandir"...