fond
PDF Print E-mail

Cerveau et Stress...

1 - Pour comprendre ...   

  

Pour un enfant dit "en difficulté", qui exprime son mal-être sous une forme ou une autre, nous avons vu, précédemment, 2 aspects à explorer en priorité  :

* les facteurs extérieurs qui participent à une déstabilisation de l'enfant :
   les écrans, les ondes, l'alimentation...

* le manque de repères et de limites clairs dans l'éducation.

Sur ces domaines, seuls peuvent agir les parents, qui doivent effectivement prendre conscience des perturbations que produisent l'environnement et les contradictions dans l'éducation de leur enfant.

Ces facteurs se cumulent et peuvent prendre beaucoup d'ampleur. Avec des conséquences connues et d'autres moins...
Ils vont avoir un impact fort 
sur son cerveau, sur ses émotions... donc sur son comportement et ses capacités ...

 Nous allons maintenant explorer : les fonctionnements du cerveau, la notion d'intelligence, de potentiel,  les conséquences, sur l'enfant, des différents domaines explorés dans cette approche et ... quelles solutions ?

Pour mettre toutes les chances de son côté...

2 - Quelques notions sur le(s) Cerveau(x) ...

Les 2 Hémisphères - gauche et droit - sont reliés par le corps calleux, sorte de câble dans lequel circulent et s'échangent les informations.
Chaque hémisphère a ses fonctionnalités. Grâce au corps calleux, ils sont en liens, interdépendants, complémentaires et doivent "collaborer" pour l'optimisation de leurs  fonctionnalités.

Le cerveau gauche, planifie, organise, rationalise...

Le cerveau droit a la vision, l'imagination...

 

 Ex : Pour un sportif (pelote, foot, rugby...) 

* le cerveau gauche, qui a le sens du temps, va gérer "quand vous devez agir",

* le cerveau droit, lui, a le sens de l'espace, il va choisir " vous placer pour rattraper la balle", 
Le Corps Calleux va mettre 
en lien ces 2 paramètres à très grand vitesse, mais pour cela il faut que l'information circule sinon... 

Vous serez peut être au bon endroit pour la balle...
mais pas au bon moment, avec un temps de décalage... Raté !!! Et vous pesterez une fois de plus sans comprendre ce qui se passe...

Une expérience pour bien sentir le fonctionnement de vos hémisphères...

Vous ne devez pas lire les mots mais vous devez dire leur couleur ...

 

Explications : ça bataille un peu non ? Et oui... c'est normal car 

* Le cerveau GAUCHE lit les mots

* Le cerveau DROIT voit les couleurs

 

Nous reviendrons un peu plus loin sur le cerveau mais auparavant quelques notions complémentaires... 

3 - Intelligence(s) & Potentiel...  

3.1 - QI                        

 Actuellement, la mesure d'intelligence est surtout liée à la notion de QI - Quotient Intellectuel -
Ces tests jaugent essentiellement les capacités logiques (à résoudre des problèmes) et linguistiques (compréhension et expression), c'est à dire la dominance du cerveau gauche, négligeant tout l'aspect créatif du cerveau droit. Cette mesure pourrait évaluer "COMBIEN on est intelligent" une sorte de "Poids de l'Intelligence"...

 La majorité des enfants d'aujourd'hui ont une forte prédominance du Cerveau Droit, il est important de tenir compte de cela et d'adapter leurs activités en tenant compte de ce paramètre en leur permettant d'exprimer leur créativité. 
L'éducation nationale évolue certes moins rapidement que les besoins, les mammouths étant plus lourds à bouger... mais, à titre individuel, de nombreux enseignants s'interrogent, se forment à titre personnel et  modifient leurs approches dans l'intérêt des enfants, ayant constaté cette évolution et vu les problèmes rencontrés. 

   3.2 - Un autre regard... : les Intelligences Multiples 

 Est-il important de savoir COMBIEN on est intelligent ?

N'est-il pas réellement plus judicieux de comprendre COMMENT  on est intelligent ?

Les connaissances apportées par les neurosciences permettent de confirmer une approche différente du cerveau.

Notamment l'approche développées par Howard Gardner à savoir  :

Les INTELLIGENCES MULTIPLES - au nombre de 8 - 

 Une bonne nouvelle enfin !!! 

Nous les avons TOUTES !

A des degrés différents,  mais nous les avons toutes... ça change la donne non ?
En résumé, nous sommes TOUS intelligents... pour plus d'info sur cette approche 
(cliquez ici) 

L'intelligence LOGIQUE

Capacité à trouver des solutions, à effectuer des tâches nécessitant une logique mathématique…

 L'intelligence LINGUISTIQUE

Intelligence de l’expression par les mots, les langues, …

 

L'intelligence VISUELLE - (2 aspects)

L'intelligence VISUELLE GRAPHIQUE

Capacité à percevoir et transcrire en images ce que l’on entend, lit, comprend…

L'intelligence VISUELLE SPATIALE

Capacité à visualiser et conscientiser l’espace, à percevoir et représenter le monde… 

L'intelligence INTRAPERSONNELLE

c’est l’intelligence de soi, la capacité à conscientiser ses émotions, son ressenti…

L'intelligence MUSICALE

Capacité à produire, distinguer, transformer, apprécier un rythme harmonique ou musical.

L'intelligence NATURALISTE

Capacité à percevoir et identifier les formes et structures dans la nature…La perception du visible et de l'invisible 

L'intelligence CORPORELLE

scindée en 2 à savoir :

L'intelligence  corporelle BRUTE

Capacité à être conscient du fonctionnement de son corps et de celui des autres

L'intelligence corporelle  FINE

Capacité à coordonner l’œil et la main, à mouvoir ses mains avec délicatesse..
 

L'intelligence INTERPERSONNELLE

Capacité à entrer en relation avec l'Autre. C’est l’intelligence relationnelle, celle qui nous permet de vivre harmonieusement en société.

 

  3.3 - Cerveau & Intelligences Multiples   

Le cerveau gauche "héberge" les intelligences :  Logique  - Linguistique - Corporelles - Naturaliste

Le cerveau droit  :  Visuelles - Musicale - Interpersonnelle -Intrapersonnelle 

Pour une bonne utilisation de ces intelligences, il est vital que la "communication" soit fluide au niveau du corps calleux afin d'avoir accès à la totalité de notre potentiel.

 

  

4 - Perturbations / Dysfonctionnements au niveau du cerveau...

 

4.1 - Quels sont ils ? 

  

 Tout ce que nous avons vu précédemment, à savoir  : 

* L'impact des écrans ...

* L'environnement physique (les ondes)...

* L'alimentation, les colorants et conservateurs alimentaires...

* Les images violentes, les jeux virtuels, l'addiction aux séries télévisées...

* Ne pas faire de sport, d'activités, ne pas aller dans la nature...

* Les déséquilibres éducatifs, familiaux...

* Les traumatismes émotionnels, physiques... (voir ci-dessous...) 

Il y a de nombreuses causes qui peuvent générer une perturbation.

 

4.2 - Spécial : "Traumatismes"... 

 

Traumatisme - définition : Ensemble des troubles générés dans l'organisme par des blessures, des lésions ou chocs émotionnels   

Le traumatisme, peut bien entendu avoir été "physique" (accident, chute, maladie, examens...) et le corps va veiller à sa réparation.
  
Je vais vous parler des "chocs émotionnels", qui peuvent être les conséquences de ces traumatismes physiques, ceux là sont facilement identifiables et compréhensibles, mais il y a également, tous ceux qui, insidieusement, impactent votre enfant, et c'est exactement la même chose pour vous ...


Comment le cerveau gère-t-il la notion de traumatisme ? ...    

 Le cerveau fonctionne comme un ordinateur, il a sa "mémoire vive" équivalente à celle de votre ordinateur (RAM)

Tous les événements de votre journée y sont stockés : ce que vous avez vu, entendu, senti, ressenti. Ce stockage ne s'effectue pas dans les mêmes zones (Hémisphères et corps calleux)que nous avons vu précédemment, mais il y a bien entendu des liaisons interdépendantes.

Pour comprendre : Si on vous met un casque sur la tête, on va enregistrer l'activité émotionnelle de votre cerveau, vos ressentis : On est allé manger au restaurant, c'était super, on a bien mangé et on a tellement ri (joie...) J'ai prêté de l'argent à un ami et il refuse de me le rendre (contrariété, colère, injustice...) - Bref, la vie de tous les jours avec des hauts et des bas... Tout cela est enregistré dans cette mémoire vive de votre "ordinateur personnel" 

La nuit, lors de la phase du sommeil appelé "paradoxal", il n'y a aucun mouvement dans votre corps, sauf vos yeux (fermés) qui font des mouvements de balayage tels les essuie-glaces de votre pare-brise.
On constate à ce moment là une activité cérébrale intense, votre cerveau effectue un traitement informatique de sauvegarde sur le disque dur .. On voit l'information contenue dans votre "mémoire vive" subir ce traitement qui va stocker les informations au niveau du cortex frontal où se trouve la conscience et la gestion des émotions : votre cerveau va "digérer les émotions" et en tirer les enseignements, les événements vécus vont être ramenés au rang de "simples souvenirs"


Pour comprendre :   Suite de votre soirée restaurant... :

Votre cerveau a intégré les conclusions suivantes de votre journée :

* on mange bien dans ce restaurant, on pourra y retourner,

* Maritxu est vraiment une fille drôle et sympa de bonne compagnie, on pourra la ré-inviter.

* Peyo n'a pas de parole, je sais maintenant que je ne peux plus lui faire confiance... en plus ce n'était pas un copain très important, j'ai perdu un peu d'argent mais c'est tout..

 Si on vous demande :

-Tu ne connaîtrais pas un restau sympa ?...
Si si, va à Manechenea à Baigorry, on mange super bien et ils sont très sympas..

- J'hésite à inviter Maritxu tu en dis quoi ? ...
- Elle est trop drôle ! Tu peux l'inviter, c'est vraiment une chouette fille

- Dis donc, Peyo me demande de lui prêter 100€ pour finir son mois tu en penses quoi ?
Ah fais attention, je n'ai jamais pu récupérer ce qu'il m'a emprunté...

Vous "piochez" dans votre banque de données, au rayon "simples souvenirs" bons ou moins bons, mais sans avoir d'émotions particulières... (vous n'allez pas exploser de rage en parlant de Peyo et de sa parole non tenue...- vous avez "digéré" les émotions associées)

Les problèmes commencent QUAND ?

 

Quand vous vivez quelque chose, de négatif, dont l'INTENSITE est supérieure à la capacité de balayage de votre essuie-glaces... ça reste dans la mémoire vive, le cerveau n'arrive pas à traiter l'information, à la classer, à digérer les émotions associées...

le TEMPS ne passe PAS dessus... Tout reste aussi "vivant et actif" qu'au 1er jour... 

ça vire, ça tourne, ça nous obsède parfois jour et nuit... Cela peut correspondre bien entendu à des événements graves : accidents, douleurs, deuils, événements terrifiants... mais pas seulement... et engendrer de la dépression, du burn out, des symptômes physiques (blocages, maux divers...) des comportements modifiés : agressivité, inertie, peurs irraisonnées...

Au bout d'un certain temps, propre à chacun, le cerveau, pour se ménager et retrouver une forme d'équilibre (la vie continue...) va créer un répertoire "En attente de traitement"... une sorte de tiroir dans lequel il va enfermer le "traumatisme" sous la forme de tous les paramètres qui l'ont construit : les images et toutes les sensations associées, il va garder cela "en stock" dans sa réserve mais consultera ces dossiers pour vérifier s'il croise des paramètres similaires dans son quotidien et prendre les mesures qu'il juge nécessaires pour vous préserver... Initiatives pas toujours adaptées...

Ce qui signifie, que dès la plus petite enfance, il peut se cumuler dans le tiroir "En attente", de nombreux "traumatismes" qui vont influencer le comportement et parfois de manière totalement inappropriés. 

Il sera donc important, pour votre enfant (et pour tous...), de rétablir l'équilibre sur les conséquences des agressions de l'environnement (écrans, ondes, alimentation...) mais aussi de vérifier le "tiroir" à traumatismes sur le plan émotionnel par un professionnel.

Ex : Lors de divorce ou de conflit, moqueries ou mise à l'écart à l'école, chute, séjour à l'hôpital, maladie autour de lui, décés, accident...même s'il ne l'exprime pas verbalement, il peut être impacté et avoir des troubles de comportement
 
 

4.3 - Quelles conséquences ?   

Chacun va réagir en fonction de son tempérament, de son éducation, de sa sensibilité...

Physiquement, biologiquement, le fonctionnement du cerveau va être impacté, notamment le corps calleux, qui je le rappelle permet la connexion et le dialogue entre le cerveau droit et le cerveau gauche. Il peut comme un tuyau se "boucher" partiellement ou se déconnecter totalement et ne plus permettre une liaison "claire" entre les 2 cerveaux. 

Le plan émotionnel de l'enfant va être touché par des échecs à répétitions et va s'installer, au mieux un manque de confiance, au pire un renoncement parfois total avec des comportements agressifs... 

Les 2 hémisphères n'arrivent plus à communiquer efficacement et en harmonie sous l'effet des stress subis et actifs.

 Les connexions sont difficiles ou n'arrivent pas à s'effectuer. 

 Important : la particularité du cerveau est qu'il ne fait pas la différence entre le réel, l'imaginaire et le symbolique. 

 Il reçoit et traite les informations en fonction des paramètres qu'il reçoit. C'est comme un mécanicien en fond de cale d'un bateau qui ajuste les paramètres du navire en fonction des informations reçues sur ses écrans, sans savoir s'il est en mer ou à quai, il applique les procédures en vue de la marche optimum du moteur avec les ressources du moment.

Alors lorsque le cerveau de l'enfant reçoit une information de stress importante, une peur irraisonnée, cela peut réveiller des réflexes archaïques de fuite (l'enfant ne tient pas en place...) ou d'inertie (il est passif, figé, sans présence, dans la lune..) et bloque le dialogue entre les 2 hémisphères. 

C'est le cerveau droit qui va peut-être prendre la barre du navire, amplifiant la peur grâce à l'imaginaire, sans que le cerveau gauche "raisonnable et logique", déconnecté, puisse lui faire entendre "mais non, il n'y a pas de dangers". 

 Les intelligences ne peuvent plus collaborer, on n'accède qu'à un potentiel limité qui ne peut s'exprimer que partiellement malgré des capacités réelles.

  

 

Autres symptômes : Difficulté de coordination des mouvements...

 5 - Agir... pour retrouver l'harmonie...

 

 

ü  Limiter les agressions extérieures (ondes, alimentation, hygiène de vie...)
 
 
ü  Mettre un cadre clair, des règles que l'on va systématiquement appliquer, pour apporter confiance et sécurité, pour apprendre les règles.

ü  Agir sur le corps calleux pour rétablir le dialogue entre les 2 hémisphères

ü  Se libérer des émotions négatives (je suis nul, j'arriverai à rien...)

ü  Mettre le corps en mouvement
ü   ...

 

Concrètement, comment agir ? (cliquez ici)