fond

Corps Âme Cheval - Tous les « possibles »…

 

Janvier 2013 - un autre regard... 

2011 - Evolution de la méthode...

 


    

Janvier 2013 - Un autre regard...

L'année 2012 a été riche en expériences. Je vous remercie tous pour votre confiance, votre ouverture d'esprit et de coeur, et surtout pour tout ce que vous nous avez permis de vivre.

La tribu s'est agrandie, Trusty la jument Pottok est venue nous rejoindre fin 2011, elle nous a offert, en mars, l'arrivée de Corazon d'Iparla, "Codi" pour les intimes, un merveilleux petit "Pottok-Âne". L'équipe équine comporte désormais 7 membres.

Vivre quotidiennement l'évolution de Codi est une chance extraordinaire. J'utilise le terme "Pottok-Âne" car "mulet" est vraiment restrictif et ne peut évoquer ce qu'est Codi. Nous avons pu observer l'organisation de la communauté autour de ce petit et avons pris des leçons de tolérance incroyables ! Trusty laissait le petit sous la garde des tontons : pour les Pottok, Tinko le prince noir a pris en charge, pour les ânes c'est Midas qui a été volontaire et bien sûr pour les chiens, Dirhams s'est auto-proclamé "grand gardien"... Codi a ainsi pu dans la joie, en toute sécurité, dans une tolérance totale, intégrer toutes ses racines !

Il fait du mi-temps ! Mais oui !

Mi-temps "âne" : il disparaît des heures durant avec Midas et Jason. C'est si drôle de voir soudain Codi prendre la démarche et le rythme des ânes et partir à l'aventure dans les bois. Midas s'est totalement transformé, il devenu un "âne de course", il a pris de l'assurance, une aisance physique, il court tout le temps, est joyeux, jouant son rôle d'initiateur avec sérieux et autorité. Jason, lui c'est l'assistant, celui avec qui on joue, le petit est très taquin et aime beaucoup "embêter" Jason. Ils lui montrent comment se nourrir, comment être un âne...

Mi-temps "Pottok" : Les courses, les sauts, les simulacres de bataille où, mordant les articulations du grand Tinko qui fait semblant de tomber, Codi devient un véritable "guerrier Pottok"... Extraordinaire !

Codi est un être totalement équilibré, joyeux, relié. Il s'est mis spontanément "au travail" avec joie. Ceux qui ont pu en bénéficier, n'oublieront jamais, c'est si touchant.

J'ai eu des moments difficiles avec l'activité "Corps - Âme - Cheval", je vais m'en expliquer. Nous avons fait des ateliers de formation à la méthode ASKATUA, des séjours intensifs, des séances individuelles où était incluse une session avec les chevaux. Les retours ont été formidables, vous avez pu vivre des moments d'intensité extraordinaire, mais j'avoue avoir douté, m'être sentie impuissante, pas à la hauteur... Oui, d'accord, j'ai probablement du boulot à faire sur moi... mais j'aimerais partager ce que je ressentais lorsque je faisais une session.

Tout d'abord, imaginez-vous devoir travailler avec une équipe de 7 joyeux lurons dont vous ne parlez pas le langage, qui ne font que ce qu'ils veulent, quand ils le veulent... Vous avez des personnes qui parfois ont fait des centaines, voire des milliers de km, pour venir faire cette expérience avec eux...

Dans votre tête vous souhaitez vraiment qu'elles vivent un moment extraordinaire, ce sont vos "clients", une vraie envie d'être à la hauteur de leur confiance... Je me mettais donc une pression terrible, avec un véritable sentiment d'impuissance puisque dépendante du bon vouloir de mon équipe.

J'ai connu la même chose au début des "Constellations Familiales". Des personnes viennent vous voir, en confiance, pour que vous les aidiez grâce à cet outil extraordinaire, et vous, vous vous demandez à chaque fois : si ça va marcher, si vous allez y arriver, sachant que vous n'avez aucune idée du problème et encore moins de la solution et surtout, surtout, qu'il faut tout lâcher, faire confiance, être totalement dans l'instant présent et s'adapter à toutes les situations.

Je vous jure c'est vraiment flippant, mais... je me suis mise à adorer les poussées d'adrénaline que cela provoque et chaque fois lorsque je débute, je me promets d'arrêter, de ne plus recommencer, que c'est la dernière fois et que j'ai le chic pour toujours aller chercher les difficultés... Quand tout s'arrête, et que je vois la joie et la reconnaissance sur vos visages, je sais que je recommencerai car ce final est vraiment trop bon !

Alors, "travailler" avec mes chevaux pour collaborateurs  : c'est encore pire au début et meilleur à la fin, avec un émerveillement sans cesse renouvelé, car ils sont fantastiques...quand ils veulent bien s'impliquer...

Depuis quasiment  2 ans, nous partons, les chevaux, les chiens et moi en promenade sur le chemin du Begui Eder 2 à 3 fois par semaine selon mon planning. Mes "cantonniers", comme les appellent les bergers du coin, adorent ces balades, ils sont en liberté totale. J'ai dû dépasser mes craintes de les voir partir au galop, de ne pas les maîtriser, de l'accident, de...

je ne vous raconte pas ce que peut donner la cavalcade de 7 joyeux drilles qui partent en goguette... Eh bien, aujourd'hui, j'ai appris, enfin ce sont eux qui m'ont appris, à leur faire confiance. Je les vois disparaître sans crainte, ils m'attendent à des endroits déterminés. Je mets dans ma tête les limites que je souhaite ne pas les voir dépasser, et à ma grande surprise, ils respectent... Je sens que je fais partie de leur troupeau dans ces moments là, que nous sommes en lien, en communication. Lorsque je décide de les dépasser afin de les mettre sur le chemin du retour, je rentre dans cette intention profonde et je traverse leur groupe sans qu'un seul ne bouge, ils me laissent passer et nous faisons 1/2 tour.

Tout s'est fait progressivement, à mon insu, sans "volonté", de manière aussi "simple". Un apprentissage lent mais profond où ils m'ont conduite à me transformer, subtilement, doucement, à mon rythme. Je viens seulement d'en prendre conscience. En apprenant à leur faire confiance, c'est en moi que j'ai pris confiance, je n'ai rien vu venir, je n'avais pas "d'intention" de travail, et il s'est fait grâce à eux. 

Aujourd'hui, j'ai la compréhension de beaucoup de choses mais je ne savais pas y mettre de mots car ce n'est pas évident.

Avec une amie venue nous rendre visite quelques jours, nous étions allées plusieurs fois nous promener avec la tribu, il y avait des châtaignes partout et ils adorent ça. J'ai vu 2 chevaux se détourner des châtaignes, entourer cette personne, la câliner, l'accompagner quasiment toute la promenade. Habituellement ils profitent de la liberté sans se préoccuper des personnes ou même des chiens, ils vivent leur aventure à eux.

J'ai pensé : "Tiens, ils doivent la faire travailler...". Certes, je ne l'ai pas "informée" de ce qui était en train de se passer, de mes observations, mais chacun à des expériences à vivre. J'ai sincèrement pensé que son niveau d'ouverture pouvait lui permettre la prise de conscience par elle-même, et que ce moment lui appartenait.

Lorsque je l'ai raccompagnée chez elle, dans la voiture, elle m'a fait part de sa profonde déception de ne lui avoir jamais proposé de "travailler" avec les chevaux. Il n'y avait jamais eu de demande explicite de sa part mais j'ai réalisé qu'elle n'avait pas pris conscience du cadeau spontané que mes compagnons à 4 pattes lui avaient fait lors de nos promenades en liberté.

Je me suis interrogée sur ma propre attitude et présence envers eux. Peut-être que moi aussi, j'étais passée à côté d'enseignements, de cadeaux, pas mis suffisamment de présence et d'attention à ce que nous vivions dans nos balades ? Je vous le confirme, OUI ! je suis passée à côté...

Comme bon nombre d'entre nous, elle avait besoin d'un cadre "thérapeutique" défini pour vivre une expérience, de codes établis, clairs. Nous sommes conditionnés pour apprendre, être attentifs en étant préparés, supervisés, accompagnés et n'envisageons pas qu'un lieu "banal", dans une activité anodine, puisse être le théâtre d'initiations profondes hors de ce cadre.

Les Forces de Vie n'ont aucune limite, aucun timing, nul besoin de barrières, de rond de longe, d'acheter, de s'inscrire ou autre... 

De fait, tout comme moi, cette amie n'a pu intégrer ce qui lui a été si naturellement et spontanément offert. Fixée sur sa demande, son besoin, par un mental puissant, elle n'a pu ni prendre, ni intégrer ce que ces merveilleux sages lui ont offert sur un plateau : de la tendresse, de la présence, de l'amour inconditionnel, tout ce à quoi elle aspirait dans son besoin affectif !...

J'avoue n'avoir fait cette synthèse qu'après m'être remise en question par rapport à son amical "reproche". Merci à elle, car grâce à cela, j'ai aujourd'hui une compréhension autre et surtout une vigilance permanente, ayant expérimenté que mes compagnons peuvent jouer avec l'énergie, n'importe où, n'importe quand, n'importe comment, m'imposant ainsi une présence totale dans l'instant présent, et dans tous mes actes, même les plus simples comme nettoyer le crottin...

Mes promenades, et tous nos partages (nettoyage crottins, distribution du foin, brossages...) en ont été transformés et je réalise tant de choses que je n'avais pas perçues, surtout dans les remises en question qu'ils me font faire. Avec eux, rien d'anodin...

La leçon principale que je tire de tous ces enseignements et que pour pouvoir vraiment bénéficier de la "voie (x ?) du cheval", il faut être prêt à accueillir notre authenticité, prêt à être.

Oui, parfois, à mon grand désarroi, ils ont refusé d'intervenir avec certaines personnes, même si elles venaient de loin, eux ils n'ont pas la notion de "devoir". C'est JUSTE ou cela ne l'est pas. Si ça ne l'est pas, il ne se passe rien !

Je me suis interrogée, remise en question, j'ai douté de moi, d'eux. N'ayant personne du "milieu" avec qui partager, tenter de comprendre, dépasser mes croyances, personne à qui me référer pour avoir un retour sur mon mode de fonctionnement, pour l'améliorer...bref, les traditionnelles tribulations de tout 2 pattes humain qui se respecte..... 

Ma tribu ayant choisi un mode de fonctionnement qui n'est pas celui des méthodes "classiques" où vous travaillez avec un seul cheval enfermé dans un cercle. Ici, les 7 peuvent intervenir comme bon leur semble, ils prennent des "relais". Me considérant comme l'un des leurs, j'ai mon rôle, ils me passent parfois le relais, me poussant ou s'effaçant lorsque je dois intervenir, revenant et m'écartant lorsqu'ils reprennent le flambeau... Faut comprendre à la même vitesse qu'eux, pas le temps de réfléchir, faire et puis tout roule, nous avons chacun nos compétences. Une véritable équipe, une sorte de chorale où chacun apporte sa voix et connaît son registre ...

Il y a quelques jours, quelques paragraphes dans un livre - Le cheval guérisseur de l'homme d'Ulrike Dietmann - m'ont éclairée. Tous les liens et compréhensions que je tentais de faire depuis de longs mois sont devenus évidences, ce qui me permet d'effectuer ce partage avec vous. Je vous cite les passages :

Le cheval permet de faire l'expérience des émotions, du corps et de la spiritualité. 

Le processus est très fin et guère discernable de l'extérieur. "Les chevaux sont si subtils" dit le cavalier américain Mark Rashid, "si incroyablement subtils que nous sommes à des années-lumière de ce qu'ils peuvent faire." 

"Les gens attendent que quelque chose de grandiose se passe (...) mais les processus ne sont guère visibles à l'oeil nu. Si l'on se laisse porter par le processus, nous arrivons à percevoir certaines choses par nos sens, notre corps, notre intuition qui peuvent d'ailleurs nous surprendre.

(...) L'instant où nous entrons en relation de façon vivante peut tout changer. Nous ne nous lions pas seulement aux autres, mais aussi à notre Moi authentique. La guérison commence par notre Moi authentique. Chacun de nous a le pouvoir de se  guérir soi-même, de guérir les autres, d'être guéri par eux. Le remède est contenu dans le lien. C'est ainsi. Les chevaux ressentent en nous cette forme de lien. Ils nous l'indiquent, quand nous l'avons trouvé. Ils deviennent alors doux, s'intéressent à nous, nous parlent et la force de leur expression est étonnante."

J'ai enfin intégré, sans culpabilité, que lorsqu'ils n'ont pas voulu entrer en communication avec certaines personnes, ils avaient leurs raisons : certains n'ont tout simplement pas besoin, ils sont sur leur chemin. D'autres n'y sont pas prêts : refus de leur authenticité, certitudes, incapacité à ressentir (drogue, antidépresseurs...), ce n'est tout simplement pas le moment pour eux... J'ai analysé chaque refus avec un nouveau regard, il y en a eu 3 ou 4 dans toute la saison, ce qui est très peu et j'ai compris à quel point ils étaient justes. Quelle leçon !!

 J'ai dit à mes chevaux que j'étais vraiment désolée, qu'ils avaient toujours eu entièrement raison, que dorénavant j'étais à leur service et fière d'être l'une des leurs, de faire partie de leur équipe.

Je croyais être leur gardienne...Ils sont mes Maîtres !


 

Evolution de la méthode - 2011    

Depuis début juillet 2011, nous avons commencé l'aventure...

Il y a la théorie et la pratique...

Mes envies de groupes, tels que je les avais vécus précédemment, lors des ateliers en place à la Bidoune ou dans les Landes, j'ai dû les remballer dans les cartons... 

En fait, lorsque j'évoque le terme de "Maîtres" équins, c'est le seul mot qui puisse les définir...Ces messieurs ont mis en place une méthode de travail très personnelle. 

J'ai étudié et pratiqué avec une certaine "méthode", mais notre tribu a décidé de "fonctionner" autrement sans tenir compte de ce qui m'arrangeait, des manuels, théories et enseignements suivis.

En résumé ils mènent la danse à leur guise et nous suivons émerveillés, dans la légèreté et le plaisir... C'est tellement juste que "Respect", je m'incline et me mets à leur disposition.

Ils savent parfaitement me faire comprendre quand je dois intervenir. Notre communication se clarifie... mais parfois ils trouvent que je ne réagis pas assez vite et me le font savoir...

"Corps Âme Cheval" se conjugue donc en séances individuelles afin de préserver l'intimité de la personne qui "travaille", en effet nos amis peuvent faire apparaître des émotions très intenses qui doivent être vécues en toute sécurité et sans regard extérieur proche.

Merci pour votre compréhension. 

Séance individuelle : sur rendez-vous